Lignée princière

[vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text]

Don Francisco Félix de Souza

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]Les princes de la seigneurie de Ouidah tirent leur pouvoir et leur légitimité de la relation fraternelle qui existait entre le premier Chacha; Don Francisco Félix de Souza, et Sa Majesté le roi Guézo du Dahomey. Le roi Guézo a élevé le premier Chacha au rang d’Altesse Royale et lui a octroyé, ainsi qu’à ses descendants légitimes, le titre de vice-roi du Dahomey et seigneur de Ouidah; titre que les Chachas portent encore aujourd’hui.

Depuis Don Francisco Félix de Souza, huit Chachas se sont succédé sur le trône de Ouidah.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text]

Roi Guézo

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text]

Tombe de Don Francisco Félix de Souza

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text]

Reproduction d’un portrait à l’huile d’Isidoro de Souza, Chacha II

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

ChaCha II

La succession de Don Francisco Félix de Souza a été disputée par trois de ses fils pour être finalement tranchée par le roi du Dahomey en faveur de l’ainé, Isidoro de Souza, qui a accédé au trône du Chacha en mars 1850. Instruit au Brésil, Isidoro a eu 24 enfants, parmi lesquels 13 ont eu des descendants, venant ainsi grandir les rangs de la Maison de Souza. Le Chacha II est décédé en 1858, la même année de la mort du roi Guézo.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

ChaCha III

Francisco Félix de Souza dit « Chicou » a été intronisé Chacha III en 1864 et occupera le trône jusqu’à son décès en 1880. Homme effacé et timide, l’histoire se rappelle peu de lui.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text]

Reproduction du portrait photographique de Julião de Souza, Chacha IV

[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

ChaCha IV

Julião Félix de Souza a été nommé en 1880 par le roi Glélé comme successeur du Chacha III. Extraverti et haut en couleur, il était un visionnaire et un bâtisseur. Il a notamment ordonné la construction de la « Lisséssa » (la maison sous l’arbre lisse), le palais d’été des Chachas, qui est une maison de style colonial de briques rouges comprenant des fenêtres vitrées et des balcons spacieux soutenus par des comptoirs en bois tropical. En 1887, le Chacha IV a connu une fin tragique lorsqu’il a été assassiné lui et tout son cortège sur ordre du roi Glélé dans une affaire de règlement de compte opposant Ouidah à Abomey sur le paiement de factures concernant la vente d’esclaves à Sao Tomé-et-Principe.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

ChaCha V

Malgré l’inculpation de trahison qui pesait sur le Chacha IV, le roi Glélé, en raison des pressions populaires, a maintenu le titre de Chacha et a nommé Lino Félix de Souza Chacha V. Lino Félix de Souza a été le dernier des enfants de Don Francisco Félix de Souza, Chacha I, à accéder au rang de Chacha, ainsi que le dernier seigneur de Ouidah à être directement choisi par le roi du Dahomey. À partir du 5e Chacha, on observe un schisme entre Ouidah et Abomey, Ouidah prenant ses distances et accédant davantage à l’autonomie sociale, culturelle et économique.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

ChaCha VI

En 1917, Roberto Norberto de Souza, le fils de « Chicou » a été choisi par la Maison de Souza comme 6e Chacha et présenté à ce titre au roi d’Abomey. On doit notamment au Chacha VI la construction de la concession familiale des de Souza sur le terrain appartenant à son défunt père, le Chacha III.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

ChaCha VII

À la mort de Roberto Norberto de Souza, Jérôme Anastacio de Souza a été intronisé Chacha VII; il le restera jusqu’à sa mort en 1961.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_separator border_width= »4″][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/2″][vc_column_text]

ChaCha VIII

Au décès de Jérôme Anastacio de Souza, Chacha VII, le trône de Ouidah est resté vacant pendant 26 ans, et ce, jusqu’au choix en 1995 par la Maison de Souza d’Honoré Feliciano Julião de Souza comme 8e Chacha. Ancien chauffeur et postier, Honoré Feliciano Julião de Souza s’est hissé rapidement au haut de la pyramide sociale et est devenu patron de plusieurs entreprises importantes au Togo et au Bénin. Homme d’honneur et homme d’État, le Chacha VIII est décédé le 23 octobre 2014, laissant dans le deuil ses 22 enfants. Pour sa contribution exemplaire à la vie sociale et au rayonnement de la culture béninoise, il a été élevé à titre posthume au rang de Grand Officier de l’Ordre national du Bénin.[/vc_column_text][/vc_column][vc_column width= »1/4″][vc_column_text][/vc_column_text][vc_column_text]

Chacha VIII lors de son Intronisation en 1995

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]